12 Jan, 18 / post / Expertise

Etes vous prêt à tracer votre route de résolution des litiges pour développer vos profits financiers ?

En France, les litiges représentent en moyenne 33% de l’encours client des entreprises, de la PME/PMI au Grand Compte. Plusieurs raisons peuvent expliquer cet important volume : des litiges extrêmement divers (de la qualité de prestation au défaut de livraison en passant par l’erreur de facturation) et des retards volontaires, soit un tiers des réclamations dites de « mauvaise foi ». Donc, 2/3 des litiges sont légitimes et doivent être résolus dans les plus brefs délais pour favoriser le paiement des factures et de facto l’entrée de cash. En effet, selon la terminologie, un litige résulte d’un différent entre deux parties qui peut se résoudre à la différence d’un contentieux, qui est avéré et susceptible de faire l’objet d’une procédure de recouvrement ou judiciaire. Focus sur les bénéfices de solution de gestion du poste client ELOFICASH pour « compresser » le DSO litige et accélérer les règlements client en souffrance !

Avant d’accélérer la résolution des litiges, les identifier par nature

La diversité des litiges, selon le secteur d’activité et l’organisation de l’entreprise, entraîne une grande variété de résolution selon leur nature. Une erreur de facturation sera traitée par la comptabilité, une erreur de livraison par le transporteur et un dysfonctionnement par une intervention d’un technicien. L’entreprise doit identifier pour chaque nature de litige, les procédures, les intervenants et les points de blocage, souvent injustifiés. En effet, il peut y avoir jusqu’à 12 étapes nécessaires pour résoudre un litige, le risque de ralentissement voire d’arrêt s’accroit alors considérablement. Une fois donc les process et les intervenants identifiés en interne, il devient alors possible de mettre en place un workflow et digitaliser les actions, selon une route de résolution orchestrée par Eloficash de Covline.

Digitaliser pour tracer sa route de résolution des litiges

En effet, la solution logicielle ELOFICASH permet d’enchainer des actions dans un workflow et d’assigner de manière intuitive à chaque étape les intervenants concernés, selon les délais et objectifs de qualité définis par l’entreprise. A titre d’exemple, un comptable devra réaliser un avoir en moins de 7 jours… La solution Eloficash s’avère un levier d’action extrêmement efficace, via l’envoi de SMS, d’emails interactifs, pour impliquer les protagonistes à agir plus vite et réduire le délai de traitement du litige. A cela s’ajoute des alertes, en cas de retard dans la résolution du litige, en vue de limiter leur impact sur la satisfaction client et de réduire au maximum le recours au recouvrement amiable ou contentieux. Ainsi, la solution ELOFICASH contribue à améliorer la réactivité et la qualité des processus et de l’organisation, conditions clés pour résoudre des litiges et les transformer en cash.

Transformer ses litiges en profits financiers

Loin d’être anodins, les litiges peuvent fortement impacter l’encours client et surtout la trésorerie de l’entreprise. Plus vite et mieux, tel pourrait être le credo d’ELOFICASH. La solution accélère le traitement des litiges, en automatisant les process et en impliquant les collaborateurs concernés, selon des objectifs de résolution et de délais, déterminés par l’entreprise, au delà des standards de son secteur d’activité. Avec la solution Eloficash, plus de 80 % des litiges peuvent être résolus dans les délais impartis et le DSO Litige, où nombre de jours de chiffre d’affaires représenté par l’encours litige, peut diminuer de 1 à 3 jours.

Afin d’aller encore plus loin et faire résonner la qualité dans l’ensemble des départements de l’entreprise, ce type de projet, résolument transversal, doit être porté par la Direction Générale et orchestré par un Responsable Qualité. Outre les bénéfices reconnus comme l’amélioration continue, l’efficience, la satisfaction client…, la qualité se met alors au service de la performance de l’entrée du cash !

Litige commercial : quels sont les recours ?

Un litige commercial désigne l’ensemble des litiges et préjudices entre commerçants (client, fournisseur, distributeur ou encore prestataire extérieur,) impliquant généralement de recourir à une action en justice. Le litige commercial peut ainsi représenter un souci de contrefaçon, un recouvrement de créances ou des impayés, un surendettement ou encore un non-respect des délais de livraison.

En cas de litige avec une autre société commerciale, il est généralement conseillé de tenter un règlement amiable, via l’envoie d’une lettre recommandée avec accusé de réception, ou à l’aide d’un médiateur capable de trouver un moyen de conciliation. En effet, une procédure judiciaire ou une procédure civile pourrait s’avérer être très coûteuse. Si cette procédure n’aboutit pas, vous devrez alors porter l’affaire devant les tribunaux afin d’obtenir réparation pour les dommages et intérêts.

Ainsi, vous devrez saisir le tribunal compétent, soit le tribunal de commerce pour un litige commercial (tribunal d’instance ou tribunal de grande instance pour un litige avec un particulier), qui se chargera d’envoyer un huissier de justice pour transmettre les assignations. Consultez votre cabinet d’avocats afin d’obtenir des conseils juridiques d’un avocat spécialisé en droits des sociétés.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Votre Nom/Prénom*
Société*
Email*
Téléphone*

Et ne manquez aucune actualité du recouvrement !

La situation financière et la solvabilité du portefeuille clients (grands comptes, grands groupes, PME/PMI ou TPE) est un enjeu au cœur du processus de recouvrement. Sécuriser son BFR et limiter les risques financiers devient possible grâce à une bonne gestion des débiteurs, des créanciers et un suivi précis de ses cash flow (flux de trésoerie et flux financiers).

Le credit manager est une pièce maîtresse de la gestion de la liquidité et de la relation client car se faire payer en respectant l’échéancier évite de relancer les clients et de recouvrer des factures impayées. Un outil informatique performant permettra un pilotage efficace des retards de paiement et du risque de crédit.