06 Août, 15 / post / Métier

Optimiser sa trésorerie avec l’effet de commerce

Qu’est-ce qu’un effet de commerce ?

L’effet de commerce est un titre de créance à court terme (inférieure à 3 mois) offrant une certaine souplesse dans la gestion de la trésorerie. Ce titre est négociable, puisqu’il a vocation à circuler de main à main et se décompose en deux types :

  • La lettre de change relevé : Titre par lequel le fournisseur donne l’obligation à son client de payer à une date précise la somme convenue à un bénéficiaire. Le bénéficiaire peut être le fournisseur lui-même, mais aussi un tiers.
  • Le billet à ordre : Titre constatant que le client (le souscripteur) s’est engagé à payer, à une date précise, la somme convenue au profit du fournisseur (le bénéficiaire).

Un parallèle avec le chèque peut être fait, si ce n’est que l’effet de commerce ne sera payé au bénéficiaire qu’à une date d’échéance convenue.

Mais il peut arriver que le fournisseur ai besoin des liquidités plus tôt que prévu, il a donc le choix d’obtenir ces liquidités auprès de sa banque sans avoir à attendre l’échéance du règlement prévu dans la constitution de l’effet de commerce.

Cette opération s’appelle un escompte et est l’équivalent d’un crédit à court terme.

Comment fonctionne les effets de commerce ?

Trois cas de figure peuvent donc se présenter à vous :

  • Vous pouvez attendre l’échéance convenue pour l’encaisser auprès de la banque. Ce cas est à privilégier si vous n’avez pas un besoin immédiat de trésorerie. C’est la remise à l’encaissement
  • Vous pouvez déposer l’effet à l’escompte avant la date d’échéance auprès de la banque. C’est la remise à l’escompte. Cette solution permet d’obtenir des liquidités rapidement mais au prix de deux inconvénients majeurs :
    • Vous restez solidaire de votre client si celui-ci est insolvable
    • La banque prélève un intérêt sur le montant qu’elle vous avance. Ainsi, vous n’aurez pas la somme complète de l’effet mais cette somme imputée des intérêts de la banque.
  • Vous pouvez faire endosser l’effet au profit d’un tiers qui devient, de fait, le nouveau bénéficiaire de l’effet. C’est l’endossement au profit d’un tiers. Cette solution permet de régler un fournisseur sans avoir à piocher dans sa trésorerie. Néanmoins, comme pour la remise à l’escompte, vous restez solidaire dans le cas où votre client est insolvable. De plus, cette opération peut avoir un coût potentiel, dans le cas où le tiers endossant l’effet choisirait d’accepter cet endossement contre une minoration de l’effet.

  

Aller plus loin

Au niveau du Bilan, le crédit d’escompte entraîne une réduction du poste client contrebalancé par une augmentation du poste banque. Ce montant est aussi reporté dans les engagements hors bilan puisque vous restez solidaire de vos clients si ceux si sont insolvables.

Comme nous l’avons vu, les effets de commerce permettent donc d’optimiser votre trésorerie et donc votre BFR. Mais d’autres méthodes existent, notamment les solutions de recouvrement de créances clients comme Eloficash, de covline.

Sources : picjumbo