11 Déc, 17 / post / Expertise
Credit Manager : « Soyez cash » avec succès !

Credit Manager : « Soyez cash » avec succès !

« Etre cash » pour un Crédit Manager, c’est diffuser une nouvelle culture au sein de son entreprise pour gérer de manière performante son poste clients, en s’appuyant sur les meilleures pratiques, process et outils. Le Credit Manager doit être sur tous les fronts ; l’outil de prédilection Excel et les solutions comptables ne suffisent plus pour piloter et optimiser durablement son BFR (Besoin de Fonds de Roulement) pour créer des reporting efficaces ! Une solution logicielle de « cash management » s’impose à lui  pour automatiser ses tâches administratives, gagner plus de 20% de productivité et entre 2 et 8 jours de délais de paiement ! Encore faut il la déployer et l’exploiter de manière pertinente : focus sur les  5 étapes clés de la réussite !

Tes process et ton organisation, tu étudieras

Le choix d’une solution logicielle doit impérativement s’accompagner d’une réflexion de fond sur l’organisation et les process, et cela à toutes les étapes de la gestion du poste clients de l’entreprise. La gestion administrative, via papier ou Excel, c’était il y a encore une décennie la base du métier du gestionnaire du recouvrement ; ce n’est plus le cas. Ainsi, le Credit Manager, avant toute sélection d’un logiciel, doit se poser les « bonnes questions », étudier les « bonnes et mauvaises » habitudes et privilégier le « bon sens » interne. Il a tout intérêt à se faire accompagner par un spécialiste de l’optimisation du BFR pour refondre ses process selon les meilleures pratiques en vigueur, segmenter les relances selon la typologie de ses clients et adapter ses scénarios de relance, selon les comportements et usages de son secteur d’activité.

Ta balance âgée, tu nettoieras – En vue de démarrer son projet sur de saines bases, le réflexe à avoir est de nettoyer sa balance âgée. Cette dernière regroupe l’ensemble des créances non soldées des comptes clients par tranche de date d’échéance des factures, des plus récentes, moins de 30 jours aux plus anciennes, plus de 180 jours. Les créances de plus 180 jours sont difficilement recouvrables ; selon une forte probabilité, elles seront passées en pertes et profits. Un spécialiste de l’optimisation du BFR peut vous aider pour déterminer les créances douteuses et celles considérées comme irrécouvrables pour « sortir les cadavres » de la balance.

Ton cahier des charges, tu créeras et ton écosphère, tu identifieras

La base de réflexion et de décision d’un Credit Manager repose sur la finesse des informations clients en sa possession, en provenance de l’interne et de l’externe. Il doit donc choisir une solution de gestion du poste clients résolument fluide et ouverte, gage d’une « excellente communicabilité » avec les outils de son système d’information et de ses partenaires – assurance credit, renseignements financiers, affacturage, contentieux… Et qui bénéficie de meilleur modèle économique, de préférence en mode SaaS, pour devenir la « pierre angulaire » de l’optimisation de son BFR et de la gestion de la trésorerie. Une nouvelle fois, un expert de l’optimisation du BFR peut vous guider dans la réalisation d’un cahier des charges selon les meilleures pratiques à atteindre voire dans la sélection de vos partenaires financiers de demain.

Ton entreprise, tu impliqueras

L’optimisation du BFR et le credit management sont l’affaire de tous, du DAF (Directeur Administratif et Financier) au Directeur Commercial en passant par le Directeur Général. Il s’agit pour le Credit Manager de diffuser la Culture Cash et du Risque Client auprès des collaborateurs concernés (responsable administratif, chargé d’affaires, responsable administratif et financier, assistant de gestion…) Une solution logicielle, d’une grande facilité de prise en main, peut y contribuer en les impliquant mais ne dispense pas d’un véritable accompagnement au changement. Le Credit Manager doit élaborer un plan d’actions « terrain », en collaboration étroite avec les acteurs concernés « règle des 80/20 » et les « embarquer  pour qu’ils s’approprient les nouvelles pratiques et rôle associés à la Culture cash. Un spécialiste extérieur peut là aussi vous accompagner, de l’amont en aval, pour en détecter les leviers et les freins.

En conclusion

Tes process tu feras évoluer, ta créativité, tu développeras – La solution logicielle de cash management a comme mission d’optimiser les process et non de les « geler». Tous les six mois, le Credit  Manager doit analyser et vérifier l’efficacité et la pertinence de son workflow et de ses automatismes. Les étapes récurrentes ou «habitudes », qui peuvent être détectées par la solution, doivent être contrées par une variété d’actions et de modes de communication pour surprendre les clients. Haro sur la routine, le Credit Manager doit pouvoir libérer sa créativité et la traduire dans sa solution logicielle pour réaliser des campagnes de relance ponctuelles percutantes. La solution logicielle « intelligente » devient alors le support du « succès cash » du Credit Manager !

Maintenant que la phase de promotion sur les réseaux sociaux est passé pour les articles du blog, je propose des optimisations pour améliorer le référencement naturel.
Comme il est compliqué de retoucher l’article sans trop le modifier, je propose d’ajouter le contenu suivant tout en bas de la page, espacé par l’image
La situation financière et la solvabilité du portefeuille clients (grands comptes, grands groupes, PME/PMI ou TPE) est un enjeu au cœur du processus de recouvrement. Sécuriser son BFR et limiter les risques financiers devient possible grâce à une bonne gestion des débiteurs, des créanciers et un suivi précis de ses cash flow (flux de trésoerie et flux financiers).

Le credit manager est une pièce maîtresse de la gestion de la liquidité et de la relation client car se faire payer en respectant l’échéancier évite de relancer les clients et de recouvrer des factures impayées. Un outil informatique performant permettra un pilotage efficace des retards de paiement et du risque de crédit.